Pochette pour Tablette - Bricolage Fait Maison

Bonjour,
Une fois n'est pas coutume, alors exceptionnellement, je vais vous présenter une idée originale pour créer votre pochette pour tablette.

Il vous suffit de prendre un gant de toilette bien doux et moelleux neuf de préférence sans l'avoir lavé au préalable.


Au niveau de la couture du passage de la main, au couteau, faites une entaille de part et d'autre de la couture. Il vous suffira de fil et d'une aiguille pour broder les côtés des ouvertures coupées pour éviter une usure précoce.
Prendre un ruban satin de couleur en harmonie avec la couleur du gant de toilette. Sur une de ses extrémités, attacher une épingle à nourrice. A présent faites glisser cette épingle dans une des ouvertures coupées et tout le long de la couture du gant jusqu'à la seconde ouverture.
Égalisez la longueur du ruban et faites un nœud.


Pour plus de sécurité, faites glisser le ruban autour de l'anneau de suspension du gant, encore un petit nœud et terminez par un nœud élégant !
Vous voici avec une pochette hors du commun, féminine pour votre tablette élégamment protégée !


A bientôt pour une nouvelle aventure bricolage avant de vous faire découvrir de jolies contrées françaises et d'ailleurs !

©Sylvie Barbaroux

Le Théâtre de Leptis Magna en ce XXIème siècle

J'ai déjà énoncé la Libye et ses sublimes villes romaines, phéniciennes qui ont bercé mon adolescence et ont ouvert mon intérêt face à l'archéologie.
Pourtant, grande est mon inquiétude aujourd'hui face au désordre qui règne dans ce pays depuis trois, quatre ans.
Tandis que je regardais un documentaire d'arte sur Leptis Magna datant de 2012, je fus désagréablement surprise de constater une dégradation, entre autre, dans le théâtre de cette ville antique, et mon coeur en a été meurtri.
A travers mes deux photographies, une que j'ai prise en 1981 et une autre capturée à l'instant du documentaire mentionné, trouverez-vous la cause de ma blessure ??? Je vous laisse méditer sur ces deux photographies.
© Photos Sylvie Barbaroux - 17 mai 2015

© Sylvie Barbaroux - Photographie prise en 1981

© Sylvie Barbaroux - Photographie capturée depuis un documentaire datant de 2012

Que sont donc devenues les deux statues ( une à gauche et l'autre au centre de la photographie de 1981) ? Preuve en images :





En ce 8 Mai 2015, mon Hommage à mes Héros, mes Grands-Pères

En ce 8 mai 2015, mon demi-siècle fraîchement fêté me fait bien davantage honorer mes grands-pères.
Mort prématurément pour l'un, mutisme du silence par trop de souffrance pour l'autre, je regrette tant qu'ils ne se soient confiés à moi plus intensément pour conter aujourd'hui à mes petits-enfants cette partie de l'histoire contemporaine française et familiale.
Je n'en oublie pas mes grand-mères, leurs épouses respectives. Une qui a fui Mussolini à 6 ans avec ses jeunes sœurs et le père veuf en traversant courageusement les Alpes jusqu'au Var où tous mourront plus tard, subissant les propos racistes qui ont fait sa jeunesse (de ritale). Elle qui refusait de me parler en italien lorsque je lui demandais de m'apprendre la langue en me déclarant "Parler en italien ? Pourquoi ? Je suis Française!". Quel bel exemple d'intégration !
L'autre que j'ai découverte après ses obsèques sur une photographie, jeune rayonnante, brandissant le drapeau national lors de la libération de Paris. Je me devais de faire cette parenthèse sur mes grand-mères si regrettées à mon cœur.
Jean B., toi le résistant, toi le maquisard, en civil tu as bravé les collines du sud de la France avec tes frères du moment, moment de plusieurs années, pour défendre le pays face aux Allemands Nazis meurtriers, envahisseurs. Je te revois en 1977 dans le Mercantour entouré de tous ces personnages à mes yeux et à ceux de Mémé totalement inconnus, face à un mémorial, chantant le Chant du Partisan. Ce chant t'allait à ravir malgré tes yeux noyés dans les larmes de blessures indélébiles. Ta mémoire remettait devant toi ces images sanglantes de frères d'armes tués, abattus que tu as vu tomber, puis des hommes que tu as dû abattre pour te défendre. Toi qui avais de faux papiers d'identité durant cette difficile période pour déjouer le vice nazi. De retour de ce rassemblement, sur la route, tu as arrêté la 104 Peugeot, as pointé du doigt un arbre en haut d'une butte rocheuse et m'as déclaré pour la première fois : "Ma petite Sylvie, ici, à cet arbre, les Nazis ont pendu un de mes amis devant moi. Un SS s'est avancé vers moi et en me regardant droit dans les yeux, mes faux papiers en main me déclara : " Jean B., car je sais que c'est vous, un jour je vous aurai." Eh bien sache ma petite fille que je me suis pissé dessus une fois ces ordures parties."
Après cette déclaration qui m'avait été révélée alors que je n'avais que 12 ans, durant de longues années, j'en voulais à ces Allemands pour leur barbarie face aux miens et aux millions de personnes torturées, assassinées... Très vite j'admis qu'il ne fallait pas vivre avec l'aigreur du passé pour avancer, cependant aujourd'hui je trouve l'Allemagne actuelle un peu trop décisionnaire dans la CE.
Lorsque je lui posais des questions sur cette période, il me répondait toujours que c'était du passé et il espérait que jamais je ne vive cela. La paix n'était pas un art définitif.

Charles T., toi l'éternel silencieux, tu as joué ta vie professionnelle pour sauver des Juifs des chambres à gaz. Tu es mon Juste. Ton employeur, grand employeur dont je tais le nom par respect, a préféré te licencier et te faire fuir de ses registres pour sauver ta vie ; celles que tu as voulu secourir n'ont pas eu la même chance...

Aurais-je votre courage ? Non, je ne le pense pas. Pas très courageuse, ni nationaliste, n'est-ce pas ? La Vème République de 2015 est si décevante... Elle a perdu ses valeurs, tout part en vrille, elle n'a plus ma confiance ni mon amour. A elle de me regagner et non l'inverse.

Pépés, Mémés, dormez en paix. Vous avez contribué à la prospérité de la France qui n'aura duré que quelques années. Dormez en paix, vous n'avez plus à vous préoccuper de l'avenir du pays, votre paix est là, la nôtre est si vulnérable...

© Sylvie Barbaroux 08 mai 2015

Ouverture de la réplique de la Grotte Chauvet - Ardèche - France - Art Préhistorique

Aujourd'hui, samedi 25 avril 2015, la Grotte Chauvet 2 ouvre ses portes au public en présentant les répliques des peintures préhistoriques dont les originales datent de 36 000 ans.
Véritables oeuvres d'art ancestrales, les visiteurs pourront se délecter de ces peintures murales d'un autre temps.
La beauté des dessins est stupéfiante par le réalisme et la perspective de leur réalisation.


L'Ardèche regorge de grottes d'une grande beauté cependant pour la plupart dépourvues de traces humaines préhistoriques. La Grotte Chauvet est d'une splendeur à en couper le souffle. Cette caverne du Pont d'Arc saura réjouir les vacanciers passionnés par l'art et l'Histoire avec ses mille représentations pariétales.
La grotte originelle a été découverte le 18 décembre 1994 par Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel, et Christian Hillaire, d'où le nom de la cavité.
A titre indicatif, je vous communique des informations pratiques pour vous y rendre, la durée de la visite est de 50 minutes :

Dates d’ouverture et horaires 2015 :
Inauguration le 10 avril 2015 en présence du Président de la République François Hollande.
Le fac-similé de la Grotte Chauvet sera ouvert au public tous les jours à partir du 25 avril 2015 :
Voici les horaires d’ouverture suivant la période :
– en février, mars, et d’octobre au 14 novembre : de 10h à 18h
– en avril, mai, juin et septembre : de 10h à 19h
– en juillet et août : de 9h à 20h30
– du 15 novembre jusqu’à la fin janvier : de 10h à 17h
Tarifs entrée billetterie 2015
Adultes : 13,00 €
Jeunes (10 à 17 ans) : 6,50 €
Enfants (moins de 10 ans) : gratuit
Services sur place : parking, restaurant, boutique,….
Adresse : Caverne du Pont-d’Arc – Montée du Razal 07150 Vallon-Pont-d’Arc
Téléphone : 04.75.94.39.40
Site officielhttp://lacavernedupontdarc.org

La Moyenne Egypte se rouvre au Tourisme - Egypte

Depuis plus de vingt ans, la Moyenne-Egypte et ses trésors historiques sont les oubliés du tourisme. Cette zone géographique débute au nord du Caire jusqu'à Abydos au sud du pays. Minia, Edfou, Esna, Kom Ombo sont des villes qui ne peuvent se visiter qu'en convoi militaire avec interdiction de déambuler dans les ruelles des villes - les militaires, arme en main savent dissuader.
Ce n'est qu'une précaution, une sécurité car ces lieux sont le berceau de groupes islamistes que les forces de l'ordre anti-terroristes tentent d'enrayer.
Depuis le Printemps Arabe égyptien - janvier 2011 - l'Egypte souffre de la désertification touristique. Le tourisme reprend timidement et l'initiative de faire découvrir ces contrées égyptiennes oubliées ne peut qu'être valorisée.
L'Egypte, du nord au sud, de l'est à l'ouest, n'est que pur bonheur tant par ses paysages, ses habitants et ses richesses historiques uniques au monde.
L'article de presse paru sur franceinfo.fr développe le sujet ainsi que par le biais d'une émission radiophonique.

©Sylvie Barbaroux - Esna

La Tombe 33 de Padiamenopé à Thèbes - Haute Egypte


La fabuleuse tombe 33, celle de Padiamenopé à Thèbes. Une tombe stupéfiante creusée à 20m de profondeur d'une superficie de 2 622m², avec 322m de couloirs, de chapelles, véritable bibliothèque par ses Livres des Morts gravés sur les parois. Pourtant, Padiamenopé n'était ni vizir ni prince mais sans aucun doute le plus grand érudit de son époque. A travers ses écrits, il met même au défit les visiteurs futurs de comprendre "son temps".
Si vous n'avez jamais regardé le documentaire de l'équipe d'égyptologues alsaciens dirigée par le professeur Claude Traunecker, je vous invite à le faire, vidéo ci-jointe.
Comme nous le savons tous, les mécénats sont nécessaires pour toutes fouilles, aussi, si vous souhaitez devenir membre de l'association Mémoires d'Egypte pour aider à la restauration de cette tombe, il vous suffit de vous renseigner auprès de :
Mémoires d'Egypte (à l'Institut Kheops)
à l'attention du professeur Claude Traunecker
42-44 rue du Fer à Moulin
75055 PARIS
ou d'écrire un courriel à
memoiresdegypte@orange.fr

L'Aga Khan III et son mausolée à Assouan - Haute Egypte

L’Aga Khan III était le prince Aga Khan. A l'âge de huit ans, il succéda à son père l’Aga Khan II, décédé en 1885. Il naquit le 5 novembre 1877 et décéda 11 juillet 1957. Il était le 48ème leader des Ismaléliens Nizarites autrement appelés Khojas, il présidait l’assemblée générale de la Société des Nations en 1937 et 1938.


Il se maria à quatre reprises, ses deux dernières épouses étaient françaises. Celle qui lui tint la main jusqu’à son dernier souffle était Yvette Labrousse, Miss France en 1930 qui, reconvertie, prit le nom de Om Habibeh et devint la Begum (la Reine) des Ismaéliens.


A la mort de l’Aga Khan III, la Bégum respecta le dernier souhait de son époux : lui ériger un mausolée, mausolée qui domine le Nil et la ville d’Assouan sur une dune s’ouvrant sur le Désert Libyque.
La Begum naquit le 5 février 1906 à Sète et s’éteignit le 1er juillet 2000 au Cannet.
De la mort de son époux jusqu’à son propre dernier souffle, lorsqu’elle venait vivre dans la villa au bord du Nil, au pied de la colline du mausolée, chaque jour, elle déposait une rose rouge sur la tombe de son défunt mari.


Le mausolée fut un temps ouvert au public, puis la Bégum en décida sa fermeture pour préserver la sérénité des lieux.
Lorsque vous vous rendrez à Assouan, votre regard se portera forcément vers le mausolée digne, imposant, majestueux.

Paysages de la Drôme Provençale et le Musée de l'Olive à Nyons - France

Les paysages de la Drôme provençale sont un patchwork agricole cousu de champs de lavande, d'oliveraies et de vignes. Comme je l'avais déjà mentionné, je suis impatiente de découvrir cette région au printemps et en été pour y redécouvrir ces mêmes paysages avec les couleurs de chaque saison.
Actuellement, je vous écris en souriant. En effet, je me remémore mon weekend où j'y ai vécu dans ce laps de temps toutes les météos, je m'explique : le vendredi il faisait un soleil splendide, le samedi, il s'abattait une pluie diluvienne sous un vent violent et le dimanche matin... il neigeait toute la matinée pour que le soleil et le mistral reprennent du service en début d'après-midi !! Incroyable, n'est-ce pas ? Et pourtant bien véridique!
En admirant les collines qui m'entouraient, me vint aussitôt à l'esprit qu'elles étaient d'âge jurassique, et je ne m'étais point trompée.
De nombreuses grottes ont protégé nos ascendants préhistoriques. Au musée oléicole de Nyons dans l'enceinte de la coopérative que je vous présenterai en photographie d'ici quelques instants, vous pourrez admirer un fossile de 90 millions d'années (né bien avant la venue de l'Homme). Je ne manquerai pas de contacter les diverses associations d'archéologie de Nyons en espérant pouvoir, à l'occasion, participer à certaines fouilles ou plus simplement en apprendre davantage sur la région au cœur de son histoire.
Après les mots, je vous laisse découvrir mes photographies qui sauront, je l'espère, agrémenter mes phrases et vous donneront l'envie de respirer le parfum pur de cette contrée française loin (pas tant que cela d'ailleurs !) des grandes villes bruyantes et polluées sans âme, car à mes yeux le béton n'a aucune expression, il est aussi froid que son apparence contrairement aux mas en pierre de taille à la grosse porte en bois qui couine l'hiver remplacée par un voile en plastique ou en perles l'été qui tintera pour éviter les mouches tout en laissant l'air estival emplir la pièce sans faire entrer la chaleur. Combien de souvenirs d'enfance remplissent mon cœur à l'instant où je vous écris, souvenirs provençaux, méridionaux d'une Provence qui s'est éteinte à 90%, alors mon cœur saigne pour un passé indélébile dans mon esprit et pourtant effacé d'un présent sans âme.
Je vous souhaite une belle promenade silencieuse ; désolée de ne pouvoir incorporer le chant des oiseaux, celui des cigales qui dorment encore, le bruit du vent caressant les feuilles de chênes, le bruissement des feuilles séchées sous les pas des sangliers et des faisans...
Voici un des départements sereins qui conserve encore sa pureté, son identité, son charme intemporel.

Paysages de la Drôme provençale et son charmant village de Venterol (photos prises du 20 au 22 février 2015) © Sylvie Barbaroux


Le musée oléicole dans la coopérative de l'olive à Nyons. Photos prises le vendredi 20 février 2015 
© Sylvie Barbaroux


Le Vieux Village de Grignan et son Château - La Drôme Provençale - Sud de la France

La Drôme, voici un département français que je découvre davantage à chacun de mes déplacements en son coeur, et j'ose vous l'avouer : il me séduit de plus en plus.
Son Sud, dans les alentours de Valréas, Nyons, a conquis mon coeur et a su me charmer. J'aurai le plaisir de vous en présenter quelques clichés prochainement ; je suis déjà impatiente de découvrir ses paysages au printemps et en été où, incontestablement, les couleurs qu'ils me révéleront alors seront aussi puissantes que les parfums que dégageront les champs de lavande, les vignobles et les oliveraies. Dans ce département, j'y ai retrouvé tout le charme de la Provence de mon enfance et me nourrit de sa plénitude, de son silence, de son bien-être vital loin du brouhaha et de la pollution des grandes villes.
Vivement la retraite !
En attendant, pour aujourd'hui, je vous présente la vieille ville de Grignan et son Château.
De nombreux châteaux se distinguent au sommet d'une colline, on ressent alors la puissance médiévale de la Papauté d'Avignon.
Le château de Grignan date du XIème siècle et domine son village depuis une butte rocheuse. Le château a subi de grandes dégradations lors de la Révolution Française et l'on distingue les nombreuses restaurations menées au fil du temps.
Au XVIIème, la Marquise de Sévigné y séjourna avec sa fille Françoise-Marguerite qui deviendra Comtesse de Grignan par mariage. la Marquise de Sévigny y repose dans la petite chapelle au pied du château.
Depuis 1979, le Château de Grignan appartient au département de La Drôme qui le restaure, l'ouvre au public et y organise chaque été des festivités. 
Le château présente des gargouilles très originales que vous découvrirez dans le diaporama en cliquant sur la photographie ci-dessous.
Bonne visite à vous !

© Sylvie Barbaroux 20 février 2015

La noblesse du fruit confit provençal - Gourmandise - Idée cadeaux - Saint Rémy de Provence

Je n'ai pas coutume d'écrire un article publicitaire, pourtant, aujourd'hui, j'ose !
La semaine dernière, il me fallut trouver un cadeau noble et original pour offrir à un couple de jeunes parents.
Un bibelot ? Trop encombrant. Des fleurs ? Risque d'allergies. J'optai alors pour une gourmandise artisanale qui saurait faire plaisir et marquer l'événement fêté : des fruits confits achetés directement chez le confiseur producteur.
Après une heure de route, je me trouvai dans la charmante ville provençale de Saint Rémy de Provence, patientant jusqu'à l'ouverture de la boutique aux vitrines gourmandes.
Le confiseur Lilamand suit la tradition familiale fondée en 1866. L'épouse de Pierre Lilamand m'accueillit et je tombai sous le charme de la boutique et de l'accueil fort convivial.
Mes yeux ne surent plus où se poser ! Calissons, sirops fruités, fruits au sirop, confitures et tous les fruits brillants de sucre !
Ma décision se porta vers le coffret d'un kilogramme de fruits confits ; grande fut ma joie de constater, en les offrant, les yeux pétillant de gourmandise des jeunes parents heureux en tous sens !
Alors, si parfois vous n'avez plus d'idées cadeaux, en voici une qui saura faire le bonheur des gourmands et de leurs papilles !

© confiserie-lilamand.com

Si j'ai éveillé votre curiosité, cliquez sur les photographies pour accéder au site du confiseur.


Articles les plus consultés sur 7 jours