Des Nouvelles de la Mission de l'Explorateur Thierry Jamin

THIERRY JAMIN À QUILLABAMBA. À moins d'un mois du départ, Thierry Jamin et l’équipe d’Inkari présenteront ce lundi, aux autorités et aux habitants de Quillabamba, capitale provinciale de La Convención, au nord du département de Cusco, les objectifs de leur prochaine expédition. La manifestation se réalisera à l’auditorium du Conseil Matsiguenga du Haut et Bas Urubamba (COMARU), à 11 heures.

Quelques photos de Quillabamba, la ville de l'éternel été. http://www.reformeforestiere.qc.ca/photos/am_sud/quillabamba.php

À l'intérieur le Sanctuaire National du Megantoni (Parc Naturel protégé), aussi nommé le sanctuaire de Megantoni. La rivière Urubamba y perce les contrefort des Andes Péruviens.

Y vivent les Matsiguengas, les Ashaninkas,les Piros et les communautés nomades Nahuas et KugaPakoris. Et même une communauté de cannibales, les Mascos.

Pour les matsiguengas, le Pongo de Mainique est le point de début et la fin de la culture Matsiguenga et dans le monde. Ainsi, la pollution, la disparition de la flore et la faune, et l'absence de consultation préalable avec les extensions du gazoduc de Camisea pourrait contribuer à la disparition du groupe ethnique indigène.
La richesse détenue par le Sanctuaire National de Megantoni est incomparable au point d'être considéré comme l'un des plus riches en biodiversité. Il y a plus de 3 000 espèces de plantes dont au moins 25 espèces sont nouvelles pour la science. De même avec une variété d'espèces animales.
Toutefois, cette culture a été menacée par les activités du projet gazier Camisea, à la fois l'extraction et la construction de pipelines. Un projet hydroélectrique pourrait aussi affecter les Matsiguenga.
Le Matsiguenga - en vertu de la croyance - ne peut nier ou se mettre en colère, car cela aboutirait à un déséquilibre et le chaos sur terre. Par conséquent, ils demandent le dialogue et le respect de leur mode de vie.
Sagesse, la médecine et la vie se concentre sur la Matsiguenga Mainique Pongo , un lieu menacé par des projets d'investissement qui ne prendrait pas en compte la consultation avant le début des opérations.

Les communautés natives Matsiguengas sont déterminées à protéger le caractère sacré du Megantoni, et se sont opposés avec une grande fermeté au tracé du gazoduc de Camisea. Thierry Jamin et l'Instituto Inkari avaient relayé et soutenu la mobilisation des natifs.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Articles les plus consultés sur 7 jours