Khan El Khalili, envoûtant Vieux Caire - Egypte - Poème

Khan El Khalili,
Les muezzins clament les cieux
Du haut des minarets fatimides.
Chaque porte de ta cité, el bab,
Grave les arabesques d'un siècle
Qui résonne à tous les coins de ruelles.
La brillance de tes bijoux,
L'éclat de tes cuivres,
La poussière de tes tissus,
L'odeur enivrante de tes épices,
Le parfum de ton thé fumant,
Ton Café Fichawi,
Second souk d'Orient,
Tu mêles ton passé au présent
A travers tes vieilles demeures
Dont les murs caressent la voie
Poussiéreuse et attirante.
Tu n'es que couleurs et parfums
Foule grouillante
Dont le maître est le commerce.
Fumant une chicha fruitée,
J'imagine tes caravansérails.
Aish, métrés de tissus, sacs épicés
Tout s'agite en ton coeur
Ce qui en fait ta ferveur.
Tes ruelles étroites sont tes moucharabiehs
Aiguisant la curiosité au travers d'une porte béante.
Noyau antique du Caire tentaculaire
Où les klaxons assourdissent l'habitant,
Khan El Khalili,
De l'Egypte tu es sa vie.

17 mars 2012 © Sylvie Barbaroux ( Texte et Photo)
Retrouvez Khan El Khalili sur mon site "Destination Egypte" .
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Articles les plus consultés sur 7 jours