Mon Ode Nostalgique - Prose

Le vent, la pluie, le vent et la pluie.
Leur chant s'évade des platanes
Dans une danse agressive.
Je ferme les yeux
Et n'ouvre que mon ouïe.
Alors, ma mémoire s'éveille.
Je me remémore des instants libyens
Où, allongée sous la tente plantée dans le sable d'une plage abandonnée,
J'écoutais le Guibli* souffler
Ne sachant plus si la mélodie colérique
Venait de la toile maltraitée
Ou des vagues mourant sur le récif,
Ou du vent giflant le feuillage des eucalyptus.
Je sors enfin de mes rêves.
Me voici prisonnière de la réalité :
Le temps passe, passe trop vite
Et les souvenirs peuvent m'égayer comme m'attrister.
Une larme perle sur mes joues.
Pourtant, optimiste, je suis heureuse d'avoir vécu
Dans un pays aujourd'hui dévasté
Par des êtres irraisonnés.

© Sylvie Barbaroux le samedi 29 novembre 2014

* Guibli : vent violent libyen

Articles les plus récents

Articles les plus consultés sur 7 jours