Avignon et le Palais des Papes

Hier, j'ai découvert, pour la première fois, le Palais des Papes et son superbe jardin en Avignon, avec le fameux Pont où l'on y danse tous en rond!!!



Une personne se posait la question si l'architecture du Palais des Papes était d'inspiration écossaise ; cela me paraissait impossible, mais l'art roman était si captivant que j'ai pris, dans la nuit, le Bordas, et en voici un résumé de l'histoire d'Avignon :

Le Palais des Papes. 

Colonie romaine sous Auguste, Avignon connut un rapide essor li
é à la richesse agricole de son arrière-pays et à son pont sur le Rhône, le pont St-Bénezet, construit de 117 à 1185. Relevant du St Empire, elle échut au XIIè siècle aux comtes de Toulouse et dut soutenir un long siège lors de la croisade contre les albigeois. Elle fut prise par Louis VIII(1226), qui la détruisit en partie.
L'opposition du roi de France Philippe le Bel à la papauté romaine aboutit, après la mort de Boniface VIII, à l'élection d'un pape français, Bertrand de Got, qui, devenu Clément V (1305/1314), choisit de s'installer dans un couvent de dominicains en Avignon. Marquant sa volonté d'établir la papauté dans cette ville, Jean XXII (1316/1334), le deuxième pape d'Avignon, y fit construire une forteresse (le Palais-Vieux), et y logea les bureaux pontificaux que lui et son successeur, Benoît XII (1334/1342), firent venir de Rome. Clément VI (1342/1352) embellit le nouveau siège pontifical avec l'architecte Jean de Larbières, en adjoignant au Palais-Vieux une résidence princière, où les aspects défensifs avaient disparu. Deuxième ville de France avec 35 000 habitants, Avignon fut alors une grande capitale artistique : Pétrarque y écrivit les Canzoniere, et Simone Martini y anima une école de peinture. En 1348, la papauté devint propriétaire des lieux en achetant à la comtesse de Provence, Jeanne de Naples, la ville et sa région. Les papes français organisèrent une bureautique et une fiscalité à la hauteur de leurs ambitions. La faculté de droit devint le vivier des hautes carrières ecclésiastiques, le contrôle du haut clergé fut renforcé et la création d'une faculté de théologie permit de lutter dans les controverses.Pourtant, après les règnes d'Innocent VI (1352/1362), d'Urbain V (1362/1370) et la mort en 1377 de Grégoire XI, septième pape français d'Avignon, les compromissions des souverains pontifes avec le roi de France, l'opposition des Anglais et du St Empire à la nouvelle capitale de la chrétienté, jugée trop française, aboutirent au départ de la cour pontificale. Urbain VI (1378/1389) revint à Rome. Les Français résistèrent et suscitèrent l'élection de deux antipapes, Clément VII (1378/1394) et Benoît XIII (1394/1408), provoquant ainsi le grand schisme d'Occident (1378/1417) auquel mit fin le concile de Constance (1417). Avignon resta, un temps, un grand centre artistique, comme en témoigne l'oeuvre du peintre Enguerrand Quarnt (Pietà d'Avignon). La ville fut administrée par un légat pontifical et demeura, avec sa région, une terre d'asile pour les juifs. A la demande des habitants du comtat Venaissin et d'Avignon, l'Assemblée législative vota, le 14 septembre 1791, le rattachement à la France.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Articles les plus consultés sur 7 jours