Sésostris III

1878-1843 avant JC.
Nous voici sous le Moyen Empire, dans la XIIème dynastie. Il s'agit d'une dynastie épanouie, prospère, dont Thèbes était la capitale. Les Deux Terres d'Egypte commencent alors à se réunir.

La Nubie était un territoire très important. Ses richesses africaines (or, pierres précieuses, ivoire, etc.) étaient très convoitées. Aussi Sésostris III fit édifier de puissantes et colossales forteresses - déjà dignes de celles de notre Moyen-Âge - à Kerma, entre autres, au niveau de la second et troisième cataractes, permettant un contrôle minutieux de cette dernière.

A Dahshour, la pyramide de Sésostris III fut construite en briques crues, recouverte de calcaire étincelant, tout comme celle de Sésostris 1er. Ce splendide complexe funéraire fut le premier à être orienté nord-sud.
Pour accéder à la chambre funéraire, il fallait emprunter une entrée secrète. Le plafond de la chambre était voûtée. Là, trônait un splendide sarcophage de granit.
A l'extérieur, dans l'enceinte du complexe, comme il en était déjà coutume sous l'Ancien Empire (voir la pyramide de Khéops), des barques étaient enterrées dans de grandes fosses.
Amenemhat III copia son père pour son complexe à Haouara dans le Fayoum.
Ces complexes familiaux étaient si bien conçus qu'ils furent pratiquement inviolés.
Une des filles de Sésostris III se prénommait Méréret. Au musée des antiquités du Caire, le visiteur peut admirer un splendide pectoral de la princesse trouvé sur le complexe funéraire de son père, en or, cornaline, lapis lazuli, faïence. Cette tombe contenait de nombreuses richesses. Preuve aussi de la qualité architecturale inviolable!

Sésostris III fit construire aussi à Abydos, lieu sacré d'Osiris depuis de très nombreuses années déjà, une énorme tombe à galeries avec trois cénotaphes successifs et un tombeau d'Osiris qui ne fut jamais achevé.

Ce souverain est souvent représenté sur les murs des temples présentant des offrandes à Montou, dieu de la guerre. Ce qui caractérise sa vaillance, ainsi qu'à travers les sculptures de son visage "taillé au couteau", dur.

Au musée du Caire, il y a aussi un linteau de porte représentant Sésostris III lors de la fête sed, portant le manteau de hed-sed. Ce cérémonial se déroulait au bout de 25 ans de règne où le rajeunissement et la (re)naissance du pharaon prouvaient aux dieux et au peuple qu'il était encore en mesure de gouverner avec force.

Articles les plus récents

Articles les plus consultés sur 7 jours