Le Calendrier Egyptien Antique

L'année égyptienne était divisée en 12 mois, chacun de 30 jours. Chaque mois était divisé en 3 décades de 10 jours. Les textes astronomiques subdivisent le ciel nocturne en 36 décans, suivant le lever de constellations à certaines heures de la nuit. Les mois étaient regroupés en trois saisons :

AKHET (la crue), de mi-juillet à mi-novembre ;
PERET (le reflux), de mi-novembre à mi-mars ;
CHEMOU (la moisson), de mi-mars à mi-juillet.

Pour arriver à 365 jours, on ajoutait à l'année 5 jours intercalaires après la fin de Chemou, ils étaient considérés commes les jours d'Osiris, de Seth, d'Isis, de Nephtys et d'Horus. Cependant un quart de journée par an échappait à ce comput (calcul fixant les dates de fêtes du calendrier), de sorte que le calendrier se décalait progressivement par rapport à l'année naturelle, à raison d'un jour tous les quatre ans. Le lever de Sirius (Sopdet) ne coïncidait avec le Nouvel An du calendrier que tous les 1 460 ans (événement signalé en 139 de notre ère). De même, le mois de 30 jours ne coïncidait pas avec le cycle naturel de la lune. Beaucoup de fêtes étaient, par conséquent, célébrées sur la bas de l'observation de la lune plutôt que sur les données du calendrier civil. Le jour, quant à lui, était divisé en 24 heures, soit 12 diurnes et 12 nocturnes. On mesurait le temps au moyen de clepsydres en forme de bol gradué, d'où l'eau tombait goutte à goutte par un trou.

Articles les plus récents

Articles les plus consultés sur 7 jours